Adanse à Bobo la Toubab !

Association des artistes de Bolomakoté

   

Actualités

"Journées culturelles de Bolomakoté" : bilan de l'édition 2012 et préparation de l'édition 2013

L'association 

Qui sommes-nous?

Soutenez-nous

Nos axes d'action

Evénements /Actu

 

Couture / Couturier

 

Wax, fancy, bazin… la langue des pagnes

Le Burkina Faso, comme le reste de l'Afrique, est le théâtre des pratiques vestimentaires les plus spectaculaires qui soient. Sans doute parce que les tissus et leurs motifs deviennent des supports de communication véhiculant des messages sociétaux. Le pagne s’affiche partout avec ses couleurs vives. Et pour jouer avec cet art textile riche de significations et uniquement déchiffrable par les initiées, il y a les tailleurs-couturiers. Ils sont là pour faire du pagne (étymologiquement « pan d’étoffe ») une parure de beauté et de richesse.

 

 

 

 

 

Amené chez le couturier, le pagne se transforme en petite robe élégante, tailleur cintré ou chemise fantaisie. Que du sur mesure et confectionné à la commande. Le pagne, tissé ou imprimé, confectionné en vêtement, épouse les formes du corps et se porte au quotidien. Il suffit de choisir son tissu (se vend habituellement par lot de trois pagnes soit trois fois 1,80 m de longueur sur 1,4 m de large) et son modèle parmi les affiches publicitaires qui tapissent les murs de l’atelier de couture comme autant de catalogues de modèles de coupes (traditionnel, classique, tendance…).

 

Les tissus les plus fréquemment cousus par les couturiers africains sont le bazin et le wax

 

Bazin

Le mot basin vient de bombasin lui-même dérivé de l’italien bambagia (coton et bombyx). Avant qu’elle ne soit fabriquée en France et en Italie, les marchands italiens se sont procurés cette très belle soie damassée à Damas en Syrie.

Les meilleures qualités de ce tissu sont toujours fabriquées en Europe et très appréciées en Afrique Occidentale.

 

WAX

 S'il a été inspiré du batik indonésien et importé par les Hollandais puis les Anglais il y a plus d'un siècle, le wax est aujourd'hui un incontournable de la mode africaine. Les femmes africaines se le sont d’ailleurs plus qu'appropriées. On distingue ainsi plusieurs qualités de wax : super wax, wax block, wax print, uniwax, imiwax… Le wax n’est pas forcément choisi pour sa qualité, mais plutôt pour le motif représenté, ce qu’il suppose et aussi sa destination. Un wax de qualité garde bien sa texture et sa couleur. Il s’entretient facilement.

 

  

 
 
   

 

 

 

 

 

 

 

Livre d'Or / Crédits et liens amis

© Bolo'Arts - 2011 -